Archives pour la catégorie ‘aevon’

  • De la Croatie à la Bulgarie en remorque Aevon

    Date: 2013.02.19 | Catégories: aevon | Commentaires: 0

    J.C et Benjamin continuent leur voyage en longeant la mer Adriatique, à vélo et remorque STD 100 Aevon.

    De Split en Croatie à Hadjidimovo en Bulgarie, en passant par Shkoder en Albanie, les paysages et la culture sont de plus en plus dépaysants et les aventures s’enchaînent.

    remorque vélo aevon

    De Split à Dubrovnik


    Le trafic dans Shkoder

     

  • La remorque Aevon : première étape en Argentine

    Date: 2013.02.05 | Catégories: aevon, Tandes'm | Commentaires: 0

     remorque à vélo

     

    L’aventure – le premier jour

    « Après avoir attelé la remorque Aevon, nous partons de Mendoza, cap au nord. Les premières grandes lignes droites nous font réaliser que l’aventure a bien commencé. Au programme désert, canicule et plat montant pour la matinée. Dès midi, nous commençons à souffrir du soleil; nous profitons des quelques zones d’ombres sous les rares arbres. Nous ne regrettons pas nos 6 litres d’eau. Petit a petit la route se fait plus raide et des virages apparaissent. Nous sentons que notre tandem a de l’embonpoint ou est-ce nous qui avons perdu l’entrainement… le premier jour est toujours le plus dur!

     
    remorque à vélo

     

    Notre tandem et la remorque Aevon ont du succès !

    Petite étape donc, avec 1000m de dénivelé pour 45km. Le tandem + la remorque sont déjà victimes de leur succès et nous tentons de répondre aux nombreuses questions des argentins en vacances. Nous partagerons une étape avec  deux cyclotouristes argentins jusqu’à Uspallata, et c’est à l’aube, pour devancer les fortes chaleurs que nous débutons la journée: 27km et 1300m de montée pour profiter ensuite de 25km de descente. Nos compagnons de route avancent plus vite que nous, mais nous nous retrouvons à chaque pause. Pauses souvent déclenchées par notre équipage à cause du mal aux fesses! Le paysage est de moins en moins désertique et comme de vrais Alpins nous retrouvons notre coup de pédale au fur et à mesure que les épingles se succèdent. Le chargement parait déjà moins lourd que la veille. Après 4h30 de montée et notre première chute avec gringo (notre tandem), enfin le sommet! Nous sommes à 3000m d’altitude et c’est la pluie qui nous accueille! Pluie qui se transforme soudain en grêle. Dans la descente nous sommes obligés de nous arrêter tellement les grêlons sont gros et douloureux. La piste se transforme bientôt en une rivière de boue, nous obligeant à avancer à pied. Nous passerons 2 jours à Uspallata, les fortes pluies ayant rendues impraticable la route que nous devions prendre.

     

    Nous en profitons pour faire un tour dans le parc de l’Aconcagua, paysages magnifiques.. Les argentins sont toujours aussi charmants et nous invitent même à partager leur barbecue (une tradition ici – la viande grille à toute heure). Nous visons à présent San Juan, avec quelques jours de provisions car à en croire les locaux : « es el desierto ».»

     

    remorque à vélo

     

    >> Retrouvez tous les globe-trotters Cycloboost sur notre site internet

     

  • De San Pablo à Copacabana

    Date: 2013.02.01 | Catégories: aevon | Commentaires: 0

    voyage à vélo

    12 Janvier 2013 (3h50 de route – 38 kms)

    Levés avec la pluie, la journée s’annonce dure, Fannie d’ailleurs n’est pas très en forme non plus.
    Après quelques kilomètres, trois chicos nous proposent de la cerveza…Fannie décline. Quant à moi, je prends une gorgée, le gars me fait signe de finir…Peu de temps après nous faisons la course avec un camion d’ouvriers qui nous font de grands signes. Nous n’avons pas d’influ pour cette journée comme on dit, pas d’énergie. Lors d’une sieste sur les rivages du lac Titicaca, nous apercevons une cérémonie avec un groupe de personnes et trois d’entre eux dans l’eau…Nous repartons péniblement, les pentes deviennent de plus en plus raides, et croisons un Japonais du nom de Ryan qui est parti de chez lui il y a 6 mois, et qui a fait la Chine, l’Allemagne, et le Pérou à vélo…La suite du parcours c’est de l’essoufflement à chaque coup de pédale… Après 5kms de descente nous arrivons a San Pablo pour prendre une barge et traverser les 400m qui nous séparent de Tiquina, en mangeant un sandwich saucisse au piments…Délicieux !! La question du jour est de savoir où nous allons pouvoir bivouaquer car il n’y a qu’une plage à Tiquina pour ce faire…Ce sera effectivement notre point de chute…de chute dans notre duvet…
    voyage à vélo
    remorque velo aevonvoyage à vélo

    13 Janvier 2013 (3h45 de route – 37 kms)

    Le départ aujourd’hui est synonyme de montée incessante, sur plus de 8kms…Idéal pour s’échauffer !
    Nous empruntons la route qui va en direction de Copacabana. Celle-ci file sur un bras de terre qui nous permet en haut d’un col de voir le lac de chaque côté à une altitude où nous dépassons les 4000m. Puis redescente où nous faisons la course avec des moutons qui courent sur le bas côté de la route…Des couleurs de vert et de marron se confondent ou au contraire se distinguent tout autour de nous… Nous montons sous le soleil des Andes jusqu’à un deuxième col à 4250m et terminons la dernière heure de la journée de vélo par la descente sur environ 10 ou 15kms. Nos vélos fusent à près de 40-45kms…Fannie en tête du peloton n’entend pas mes appels lorsqu’un point de vue sur Copacabana s’offre à nous. Je m’arrête, gare ma remorque Aevon, et dégaine l’appareil photo pour immortaliser l’endroit. Je la rejoins quelques kilomètres plus bas pour franchir ensemble l’entrée de la ville. Des enfants nous demandent des « regalos », nous n’en n’avons pas… Nous filons vers le centre-ville. Arrivés a Copacabana, il nous tarde déjà de repartir au calme…

    voyage a velo

  • La Kit L80 en Bolivie

    Date: 2013.01.21 | Catégories: aevon | Commentaires: 0

    L’heure du départ a sonné pour le projet « Voyages Elements Terre » !

     

    remorque velo aevon

     
    « Le 7 janvier, direction l’aéroport de Nice…Les 3 derniers jours de préparatifs ont été intenses et bien remplis…

    Nous avons finalisé ce week-end avant le départ, nos derniers emballages de vélos, remorque Aevon et de vêtements.

    remorque velo aevon

     
    9 heures de vol maintenant, sur le parcours Madrid-Lima, nous nous sommes réveillés il y a quelques minutes avec Fannie d’une somnolence d’avion, celle interrompue par le passage des gens et des sonnettes feutrées…
    Fannie ouvre le cache du hublot, et mes yeux se posent sur un tapis verdoyant, vu de 11 000 mètres d’altitudeL’AMAZONIE !! Un rêve se réalise à cet instant, et un deuxième à la seconde suivante : un Rio qui serpente au travers, comme on les voit dans les émissions, le sable qui donne une couleur blanche à ce vaisseau qui irrigue le poumon de notre planète. Je trépigne intérieurement.

    remorque velo aevon
    Après quelques jours de repos dans la ville de La Paz, c’est parti pour les premiers kilomètres à vélo et remorque, direction le lac Titicaca. Nous roulons à une altitude relativement constante de 3800m et arrivons à destination après 60km, au hameau d’Huarina. Affamés, nous mangeons du chocolat et du pain et repartons en quête de notre lieu de bivouac : dans les champs ! C’est parti pour notre première nuit de bivouac au bord du lac Titicaca !  »

    Retrouvez la Kit L80 en ligne :

    remorque velo aevon

     

  • La remorque Aevon en Argentine

    Date: 2013.01.16 | Catégories: aevon, Tandes'm | Commentaires: 0

    C’est le grand départ pour le projet T’Andes’M.


    « Contre toute attente l’embarquement du tandem et de la remorque Aevon n’a posé aucun problème à l’aéroport et nos inquiétudes sont vite dissipées. Nos deux jours passés à la préparation des paquets ( démontage, protection, sous-pesage) pour tenter de faire croire que nous transportons un vélo et non pas un tandem + une remorque ont été payants. A chaque transfert nous guettons les soutes à la recherche de nos 2 gros cartons. Collé aux vitres Damien se réjouit de les voir enfin.
    remorque vélo
    Notre arrivée à Mendoza nous met rapidement dans le bain. Nous cherchons en vain une compagnie de taxi. Ne passant pas inaperçus avec notre chargement de nombreuses personnes viennent à notre rencontre pour nous aider. Enfin quelqu’un qui connaît !!  On nous annonce un prix mais pas suffisamment habitués au taux de change nous trouvons le service exorbitant. (100 euros pour 10 km…??!) Tant pis ! Nous commencerons à pédaler depuis l’aéroport.  S’en suit l’ouverture des cartons au milieu de l’aéroport, prêts à faire de la mécanique un peu plus tôt que prévu. L’achat d’une bouteille d’eau éveille un doute sur l’exactitude de notre conversion …effectivement nous nous sommes trompés de 80 euros!! Machine arrière, nous prenons donc un Pickup pour rejoindre Mendoza. 

    remorque vélo aevon

    38 degrés affichés, la transition est un peu rude !

    Nous avons déjà troqué bonnets et vestes contre tongs et chapeaux… Mendoza est une ville jeune et animée, en témoigne les nombreux bars et restos qui se réveillent le soir à partir de 22h…  Nous restons à l’auberge pour démailloter tandem et remorque afin de reconstruire le puzzle!!
    La suite au prochain épisode ! »

    Retrouvez la remorque STD 100 directement en ligne :

    remorque velo aevon

  • Solidream, un voyage en remorque Aevon dans le ‘no man’s land’

    Date: 2013.01.04 | Catégories: aevon, Solidream | Commentaires: 0

    remorque vélo

    Voici quelques images du périple de l’équipe Solidream accompagnée de la remorque Aevon.
    Ils se souviendront longtemps de la chaleur et des conditions extrêmes de l’outback australien.

    aevon

    Profitant de conditions météo quasi idéales, Morgan roule à vive allure, atteignant même les 35 Km/h, le tout sans pédaler mais grâce à la force du vent.

    remorque à vélo

    47°C à l’ombre est le maximum que nous enregistrons.

    remorque à vélo

    C’est parti, le vrai Outback commence ! Les températures sont étouffantes, nous partons à 16h seulement. La police est venue à notre rencontre pour s’assurer que nous n’étions pas des guignols de touristes s’en allant au casse-pipe dans le désert, comme cela arrive parfois

    remorque à vélo

    Le matin nous nous sommes levés à 4h. Le vent n’est pas favorable ce jour là et Morgan à une forte fièvre. Il enchaîne le plat de la veille qu’il n’avait pas réussi à manger : les désormais classiques pâtes au thon !

    voyage à vélo

    remorque à vélo

    Arrivés à William Creek après 250 km de piste, nous apprenons qu’il est impossible d’obtenir de l’eau potable autrement qu’en payant $5 la bouteille de 1,25L.

    voyage à vélo

    Deux jeunes en voiture partant pour Coober Pedy, comme nous, ne savaient pas s’ils pouvaient nous dépanner (ils n’avaient pas beaucoup eux-mêmes).

    Sur leur route, ils nous laissent finalement cet écriteau fait maison avec quelques litres d’eau pour les 170 km de piste à faire.

    remorque à vélo

    Il fait trop chaud pour rouler en plein milieu de journée et compléter le quota de kilomètres que nous aimerions parcourir. Donc nous décidons d’avancer la nuit. La température y est plus clémente et nous consommons moins vite notre ressource principale : l’eau !

    remorque à vélo

    L’entreprise Aevon nous a prêté gratuitement cette remorque à l’essai (modèle STD 100). Elle nous est bien utile pour stocker les dizaines de litres d’eau que nous trimbalons, ainsi que les 4 ailes, 4 harnais et 4 barres que nous devons emmener avec nous pour notre défi de kite-bike dans l’Outback.

    remorque à vélo

    Voilà pourquoi il faut faire attention où l’on met ses pieds et ses roues de vélo ! Nous avons eu du mal à déterminer l’espèce de celui-ci.

    remorque à vélo

  • Voyage Elements Terre

    Date: 2012.12.17 | Catégories: aevon | Commentaires: 0


    Voyage Elements Terre est le projet de Fannie et Flavien, un couple de sportifs confirmés.

    Passionnés par l’aventure en milieu sauvage et toutes sortes de sports Outdoor, Fannie et Flavien maîtrisent certaines techniques de survie et souhaitent affirmer leur expérience avec ce projet.

    C’est une manière pour eux de prendre du recul sur le mode de vie imposé par nos sociétés modernes et de retrouver des valeurs simples : prendre le temps de vivre ses rêves, de se tourner vers les autres et de contempler notre environnement.

    Depuis quelques années, ils multiplient les treks dans les Alpes, le Mercantour mais aussi sur l’île de la Réunion, dans des conditions météorologiques parfois extrêmes.

    En 2013, ils passeront 3 mois au Pérou et 3 mois au Népal à la découverte de la Cordillère des Andes et de l’Himalaya.

    Leur expérience au Pérou se fera à vélo et remorque Aevon du Sud au Nord du pays, une traversée sur près de 3000km avec quelques escales afin de réaliser des itinéraires en trek ainsi que l’ascension de sommets dans la Cordillère Blanche.

    « Nous avons choisi la remorque Aevon pour son poids limité, son extrême maniabilité, sa solidité et sa stabilité. Elle sera un allié de taille pour notre voyage. »

    Première prise en main de la remorque dans les Alpes Maritimes


    >> Vous avez vous aussi un projet de voyage à vélo ? Contactez Cycloboost !

     

  • De la Grèce à l’Italie en vélo

    Date: 2012.12.12 | Catégories: aevon | Commentaires: 0

    Reprenons des nouvelles de la famille Verhage !

    Après une traversée vers la Grèce, la petite famille a été confrontée à la crise économique qui ravage le pays, à la difficulté de trouver un hébergement et à l’arrivée de l’hiver. Après quelques jours sur place, ils ont décidé de revenir sur l’Italie pour se poser quelques mois à Florence. Ils y retrouveront un hébergement et la possibilité pour Jesse et Sammy de suivre leurs études dans de bonnes conditions.

    Ce voyage prendra environ 2 semaines, soit 800km à vélo et remorque Aevon.

    remorque à véloremorque à vélo

    Dernier paysage de la Grèce avant le retour

    voyage à véloremorque à vélo

    La famille Verhage ne passe pas inaperçue !

    voyage à vélo

    C’est la saison de la récolte des olives dans le sud de l’Italie !

     

  • Conditions extrêmes pour la remorque Aevon

    Date: 2012.12.03 | Catégories: aevon, Solidream | Commentaires: 0

    Brian, Morgan, Siphay et Etienne se lancent dans la traversée du désert australien, en vélo et remorque Aevon, dans des conditions extrêmes.


    Notre itinéraire dans l'OutbackNotre itinéraire dans l’Outback

    Les derniers préparatifs

    A Adélaïde nous passons quelques jours à remettre nos vélos en état pour le prochain challenge où, chaque problème technique peut potentiellement nous mettre dans une position délicate, voire dangereuse.

    Le 9 novembre nous quittons la ville et partons en direction de l’Outback.

    Notre stratégie pour réussir

    Après une journée de 200km, nous arrivons à Roxby Downs qui marque nos derniers kilomètres sur l’asphalte avant un moment. Nous mettons au point notre stratégie pour réussir notre étape dans le sable, les cailloux, la terre et sous une chaleur peu ordinaire.

    Le prochain point où nous pouvons nous ravitailler en eau est à 200km de là. C’est globalement la distance qu’il y a entre chaque point d’eau sur les 700 km de piste. Avec 10 litres d’eau par personne et notre dîner de pâtes déjà cuisiné pour économiser de l’eau et du temps, nous choisissons de partir en fin d’après midi, de rouler jusque tard dans la nuit, dormir 4 ou 5 heures et repartir tôt le matin.

    Quand l’eau vaut de l’or

    Nous arrivons à William Creek tard le soir et cherchons une source d’eau. Mais nous comprenons rapidement que tous les robinets desservent une eau salée et non potable. Heureusement, il nous reste suffisamment d’eau pour la nuit et nous partons nous coucher épuisés.

    Vers 9h du matin, nous allons discuter avec le propriétaire du seul bar/restaurant/hôtel de cette petite communauté de 6 habitants. Il est sympathique mais se montre mal à l’aise dès lors que nous lui demandons où est-ce que nous pouvons remplir nos gourdes. Il nous affirme que la seule manière pour nous d’obtenir de l’eau potable est de lui acheter ses bouteilles d’eau minérale à $5/1,25L !!!! Il nous faudrait dépenser $170 pour faire la prochaine étape de 200km ! Vers 13h, une rare aubaine : un mini bus de touristes arrive et Mark, le chauffeur, nous offre environ 5L d’eau potable.

    La persévérance finit toujours par payer

    Puis, vers 16h, une femme vient nous voir et nous explique qu’elle est la propriétaire de toutes les terres qui nous entourent, Anna’s Creek, soit la plus grande exploitation de bétail du monde (c’est plus grand que l’état du Texas !), établie en 1863. Elle nous montre un vieux moulin en ruines à 3km de là et nous dit qu’il y a une réserve d’eau non loin. L’eau y est terreuse mais potable, affirme-t-elle. Nous nous réjouissons de la nouvelle, la remercions et partons rapidement remplir nos dizaines de gourdes.

    Sortie anticipée de l’Oodnadatta Track

    Exténués sur la pisteExténués sur la piste

    Si nous continuons sur le track, nous aurons le même problème à Oodnadatta, le mini village suivant. Donc nous décidons de prendre un autre chemin, vers Coober Pedy, pour retourner sur la route principale vers le nord. La ville se situe à 170km de piste plus loin à l’Ouest.

    Nous voici donc sur la dernière portion de piste et le spectacle est saisissant : lorsque nous arrivons au niveau des nuages sombres, la lumière du coucher de soleil est surnaturelle et un troupeau de la station (c’est comme ça qu’on appelle ces grandes fermes en Australie) d’Anna’s Creek galope à nos côtés.

    Fin de l’enfer

    Levés à 4h30 au milieu de l’Outback, nous luttons dans la dernière portion de piste toujours sablonneuse et bien difficile. Au petit matin, quelques serpents qui viennent se réchauffer sur la route croisent notre chemin. Nous arrivons à Coober Pedy, vers midi, exténués après 100km et nous réjouissons de retrouver le bitume de la Stuart Highway. Morgan s’écroule pour une sieste et Brian lui emboîte le pas aussitôt.

    Morgan se souvient : « Le soir je suis tellement épuisé que je m’endors sans prendre la peine de préparer mon duvet. Mon sommeil est tellement profond que les basses températures ne me réveillent pas. Ainsi j’ai attrapé froid dans un milieu aussi chaud ! Je pars donc pour cette dernière journée de piste avec de la fièvre, des courbatures et un mal de gorge que je n’avais pas connu depuis plusieurs années. Je fais cette dernière étape de 100km réglé comme un robot. Tant que je suis sur le vélo, j’avance. Je pense aux choses et aux gens que j’aime. Lorsque cette technique ne fonctionne plus j’essaie de penser à rien, de fixer un point sans penser. Mais dès que nous nous arrêtons je m’écroule. Je me reconnecte à la réalité et mon état physique reprend le dessus sur mon mental.»

    Un peu plus tard, alors que la grosse chaleur est partie, nous repartons pour 80km supplémentaire en finissant de nuit, puis posons nos tentes sur une aire de repos. Le gros rythme a repris, nous avons fait 1190km en une semaine depuis Adélaïde, dont 440km de piste très difficile au lieu des 700km prévus. Mais nous sommes plutôt satisfaits du chemin accompli et de l’expérience Outback que l’Oodnadatta Track nous a offert. Nous avons eu ce que nous sommes venus chercher.

    Source : site de Solidream

  • En tandem et remorque Aevon

    Date: 2012.11.28 | Catégories: aevon, Tandes'm | Commentaires: 0

    Plus que 2 mois avant le départ pour l’Amérique Latine pour ‘T’Andes’M’ !

    Jolène et Damien ont commencé les premiers tests à dos de tandem et remorque Aevon avec beaucoup de succès ! Espérons que les conditions rencontrées dans les Andes permettront de garder le rythme !

    Le couple de tandémistes a commencé à prendre contact avec la population locale via couchsurfing et des associations de cyclotouristes locales… Vous avez de la famille, un ami, un cousin par alliance en Argentine, Bolivie, Chili ou au Pérou, n’hésitez pas à soutenir T’Andes’M !

    remorque à vélo

    remorque à vélo

     

Catégories

Tags